OPTIMA FORMATIONS
Concours administratifs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Près d’un actif sur cinq travaille dans le secteur public. Les fonctionnaires dépendent de plusieurs fonctions publiques (Etat, collectivités territoriales, hospitalière, Ville de Paris principalement) et sont essentiellement recrutés sur concours.
 
Trois catégories de fonctionnaires
 
Les fonctionnaires se distinguent entre eux tout d’abord par la catégorie à laquelle ils appartiennent. Qu’ils travaillent pour l’Etat, une collectivité territoriale ou un établissement de santé, ils sont répartis en trois grandes catégories hiérarchiques : A, B et C. Chacune de ces catégories regroupe des agents ayant sensiblement le même niveau de diplômes et des responsabilités de même degré.
 
La catégorie A est ouverte aux titulaires d’au moins une licence (mais un master, un doctorat ou un diplôme d’ingénieur peuvent être exigés). Elle correspond aux emplois cadres de l’Administration voués à des tâches d’encadrement, de conception ou de direction.
 
La catégorie B est accessible à partir du bac (mais des diplômes supérieurs sont parfois demandés). Elle englobe les postes intermédiaires dédiés aux missions d’application.
 
La catégorie C  est réservée aux emplois d’exécution, accessibles sans condition de diplôme, avec un CAP, un BEP ou le diplôme national du brevet selon le poste.
 
Dans les faits, cette distinction en trois catégories est souvent moins nette, essentiellement en raison de la présence de candidats surdiplômés. Les concours de catégorie B par exemple attirent souvent les candidats qui postulent déjà auprès de catégorie A. De même, il arrive que les titulaires du bac se présentent aux concours de catégorie C. L’objectif est de mettre un premier pied dans l’Administration en espérant ensuite gravir les échelons grâce à des concours internes moins sélectifs en comparaison des concours externes.
Par ailleurs les concours internes, ouverts aux agents justifiant notamment de certaines conditions d’ancienneté, permettent mobilité et promotion au sein de la fonction publique.
Un recrutement sur concours
 
Le concours est le principal mode de recrutement des fonctionnaires. Ainsi, près de 85 % des agents civils de l’Etat sont recrutés par concours. Prévu par la loi, le recrutement par voie de concours garantit à tous les citoyens l’égalité d’accès à la fonction publique.
 
Cinq conditions générales d’accès :
 
- Etre de nationalité française ou ressortissant d’un Etat membre de l’UE
- Jouir de ses droits civiques
- Détenir un casier judiciaire compatible avec la fonction
- Etre dégagé des obligations militaires
- Remplir les conditions d’aptitude physique exigées
 
Trois types de concours existent :
 
- Les concours externes sont ouverts aux candidats possédant un niveau de diplôme déterminé. Il s’agit de la voie d’accès qui propose le plus de postes mais aussi la plus sélective par le nombre important de candidats.
 
- Les concours internes sont réservés aux fonctionnaires et aux agents publics  ayant accompli une certaine durée de services dans l’administration (le plus souvent 4 années effectives au 1er janvier de l’année du concours).
 
Pour certains cadres d’emploi, un troisième concours est ouvert aux personnes justifiant d’une expérience en qualité d’élu local, de responsable d’association ou d’une ou plusieurs expériences professionnelles de droit privé, pendant une certaine durée.
 
Les épreuves et leurs programmes varient d’un concours à l’autre, mais leur déroulement se fait généralement en deux étapes :
 
- des épreuves d’admissibilité spécifiques à chaque concours, mais elles présentent souvent des constantes dans la forme  et les exigences méthodologiques. Ainsi on trouve une composition de culture générale dont le sujet peut être plus ou moins proche de la spécialité du concours, la rédaction d’une note dont la problématique relève du domaine d’intervention de l’administration choisie, une composition sur une spécialité liée au concours ;
 
- des épreuves d’admission, après la réussite d’admissibilité. Ce sont des épreuves orales le plus souvent, qui consistent à évaluer les qualités de communication des candidats, leur motivation et leurs connaissances. L’entretien avec un jury reste l’épreuve la plus classique : ce peut être un exposé ou un commentaire de texte suivi d’une conversation ou bien la présentation du parcours et du projet du candidat suivi de mises en situation par exemple.
Des exercices physiques ou de langue étrangère complètent parfois ces épreuves selon les nécessités du métier visé.
 
Remarque : des épreuves de pré-admissibilité sont parfois organisées sous la forme de QCM pour effectuer une première sélection importante face à un grand nombre de candidats.  Ces QCM font généralement appel à des connaissances de base fondamentales (français, mathématiques, culture générale, actualités) ainsi qu'aux raisonnements logiques.